Actualités

Le mercredi 20 novembre, la Fédération France Victimes a signé une convention de partenariat avec la Coopérative U, en présence de la Déléguée Interministérielle à l'Aide aux Victimes. Cette convention pose un cadre d'action visant à assurer l'accompagnement psychologique, juridique et moral des salariés de l'enseigne, victimes de faits graves survenus sur le lieu de travail.

France Victimes et Système U avaient notamment œuvré ensemble pour accompagner les victimes de l'attentat de Trèbes survenu en 2018. 120 personnes avaient fait l'objet d'un suivi. Profondément marqué par ces événements tragiques, Système U a pris toute la mesure du nécessaire accompagnement psychologique à la suite de faits graves auxquels peuvent être confrontés les collaborateurs de l'enseigne. La signature de cette convention vient concrétiser cette démarche.

 2019 Convention Systeme U

L'entreprise comme porte d'accès aux services d'aide aux victimes 

Jérôme Bertin, directeur général de la Fédération France Victimes, a souligné que les entreprises ont un rôle à jouer dans l'accès à une prise en charge globale efficace et professionnelle de leurs salariés victimes suite à une infraction. La mise en place de tels partenariats complète les dispositifs publics. Les différentes offres de service aux victimes dans l'entreprise, comme en dehors, permettent de démultiplier le nombre de victimes qui pourront accéder à des services gratuits. 

France Victimes est régulièrement sollicitée par des entreprises privées qui souhaitent faire bénéficier des prestations des associations de son réseau à leurs salariés et collaborateurs, victimes d'une infraction pénale dans l'exercice de leurs fonctions, à titre individuel ou  collectif : cela démontre une prise de conscience de l’entreprise face aux situations d’infractions auxquelles ses salariés et clients peuvent être exposés et surtout d’apporter une réponse institutionnelle officielle, avec un process encadré, et une prise en charge réactive et adaptée des victimes. Les retours statistiques anonymes permettent également aux entreprises de réfléchir à des actions de prévention et à des politiques de responsabilité sociale.

La Fédération a ainsi signé, depuis plusieurs années, des conventions avec des partenaires privés, tels que Carrefour, Mousquetaires, SNCF, MAIF ou Norauto.

Chaque année, France Victimes accueille 15 000 victimes dans le cadre du travail.

 

 


Lancé début septembre 2019, le Grenelle de lutte contre les violences conjugales s'est clos ce lundi 25 novembre 2019. Le Premier ministre Edouard Philippe a conclu cette concertation en présentant une quarantaine de mesures.

Ces nombreuses mesures, dont certaines sont déjà en cours d’adoption, comme la généralisation du bracelet anti-rapprochement, visent à améliorer la protection et la prise en charge des victimes,  éduquer les citoyens, et aussi à assurer le suivi des auteurs.

France Victimes, mobilisée auprès de toutes les victimes depuis 1986, a participé aux concertations et a notamment pris part à de nombreux groupes de travail. De la même manière, l'ensemble de son réseau a investi beaucoup de temps et d'énergie dans les grenelles locaux. 

 femmes violences conjugales

Changer la perspective dans la prise en charge des victimes

220 000 femmes victimes de violences conjugales ont révélé être victimes dans l’enquête Cadre de vie et Sécurité ; 50 000 ont été accueillies, écoutées, informées et accompagnées par la Fédération France Victimes en 2018.

La violence subie par les femmes est un fléau. En France, une femme a été tuée tous les deux jours depuis le 1er janvier 2019. Un chiffre en augmentation par rapport aux statistiques officielles des six dernières années qui comptabilisaient un féminicide tous les trois jours. 

Pour faire face à cette violence et pour une meilleure écoute et prise en charge des victimes, la Fédération France Victimes et ses 132 associations ont fait 10 propositions à la Secrétaire d’État Marlène Schiappa.

Si la prise de conscience sociétale et politique est primordiale et, somme toute, une grande avancée, il faut néanmoins des moyens supplémentaires pour amplifier et optimiser les dispositifs et outils de lutte contre les violences conjugales, notamment d'ordre judiciaire (téléphone grave danger, administrateur ad hoc, accompagnement des victimes dont les agresseurs seront sous bracelet anti-rapprochement, évaluations spécifiques des besoins de protection...).

France Victimes a été interrogé par LCI.fr à la fin du Grenelle. Jérôme Bertin, directeur de la Fédération France Victimes, a ansi exprimé son sentiment face aux mesures annoncées par Edouard Philippe : "Je suis mitigé. Ce Grenelle est une réflexion collective nécessaire et de ce point de vue, elle est réussie. Les mesures annoncées sont intéressantes et ont un spectre large : la prévention de ces violences, la possibilité de déposer plainte à l'hôpital, l'évaluation du danger, les suspensions d'autorité parentale, etc. Elles sont favorables aux victimes et c'est positif. Après, sur les moyens accordés, je suis partagé. On nous demande beaucoup, donc on attend beaucoup."

 

Donner les outils nécessaires aux élus et agents de collectivités

Lors de son intervention au 102e Congrès des Maires de France, sur la Mobilisation des maires contre les violences sexistes et sexuelles, Jérôme Bertin a rappelé l'importance de donner les outils nécessaires aux élus et agents de collectivité pour :

  • Savoir repérer les violences
  • Mettre en sécurité les victimes
  • Être prescripteur d'aide
  • Agir pour décohabiter
  • Accompagner et aider à la mobilité
  • Se coordonner avec les forces de l'ordre
  • Savoir agir en discrétion

Il a ainsi souligné le rôle fondamental des autorités locales, dans l'orientation des femmes victimes de violences. Celles-ci peuvent s'appuyer sur France Victimes pour faciliter la prise en charge des victimes. 


France victimes est mobilisée auprès des victimes du Médiator depuis de nombreuses années et également dans le cadre du procès qui s'est ouvert lundi 23 septembre au tribunal correctionnel de Paris pour une durée de 6 mois.

Un dispositif d'accompagnement pour les victimes

À l'ouverture du procès, près de 2 700 personnes s’étaient constituées parties civiles, en grande majorité pour tromperie aggravée ainsi que pour des faits de blessures involontaires et homicides involontaires. 

Les professionnels de l’association locale Paris Aide aux Victimes (PAV) ont mis en place un dispositif d’accompagnement pour toute la durée des audiences. Ils ont également présenté leurs missions aux personnes présentes, en début d’audience. 

PAV Médiator

 

France Victimes mobilisée auprès des victimes du Médiator depuis 2011

En 2011, France Victimes avait été mandatée officiellement et de façon conjointe par le ministère de la Justice et le ministère de la Santé pour assurer la prise en charge des personnes concernées par l'affaire du Médiator.

Le Réseau France Victimes a ainsi assuré un accompagnement humain des victimes et de leurs proches ainsi qu'une indispensable information en matière d'accès à leurs droits. 1 070 appels ont été recensés au 116 006 sur la période.

En 2019, plus de 500 victimes ont été prises en charge par 35 associations locales. Cela représenre près de 900 entretiens, en majorité de nature juridique.

 

Le 1er jeudi du mois de Novembre, a lieu la journée "Non au harcèlement scolaire", une journée de sensibilisation aux phénomènes de harcèlement dans le milieu scolaire.

prioriteNAH

Certaines associations France Victimes ont pu faire des opérations ponctuelles pour dire #NONAUHARCELEMENT.

Cette journée est l'occasion de rappeler combien la prévention et la lutte contre le harcèlement sont fondamentales pour permettre aux élèves d'avoir une scolarité épanouie dans le cadre de l'École de la confiance.

Mais, toute l'année est propice de tels événements !

C'est aussi l'occasion de connaître toutes les ressources pour être aidées quand on est victimes, témoins, parents, enseignants... 
📞3020 #NonAuHarcelement
📞116006 (7/7j)- aide à la plainte, soutien psy, accompagnement social. #EnParlerPourAvancer
📞0800 20 00 00 contre le #cyberHarcelement

 

De nouveaux supports vidéo sur le harcèlement scolaire

Un projet de réalisé à l’initiative de jeunes de la Section Cinéma Jeunes France vise à sensibiliser à la question du harcèlement scolaire, en présentant les témoignages de victimes de harcèlement et d’agresseurs.

 

Réalisateur : Guillaume Contival

Marc, victime de harcèlement scolaire

Victor, victime de harcèlement scolaire

Ianis, harceleur

Pierre, harceleur

Corentin, cyberharcelé


En octobre 2019, la France a lancé la première édition du le « Cybermoi/s », la déclinaison nationale du mois européen de la cybersécurité consacrée à la protection des usages numériques.

20190909 np cyber mois logotype horizontal v1d 

France Victimes engagée dans la prévention du risque numérique

Avec la volonté de mieux accompagner les cybervictimes, France Victimes est engagée aussi dans la prévention du risque numérique. Sa participation au collège "utilisateurs" de GIP ACYMA a permis de faire remonter les difficultés du terrain quant à la prise en charge des victimes d'actes de cybermalveillance et ainsi contribuer à l'amélioration des dispositifs. 

Au quotidien, les associations France Victimes accueillent des personnes victimes d'infractions commises en ligne (escroquerie, usurpation d'indentité) et également des personnes victimes de nouvelles formes de victimations (infraction aux faux supports techniques, rançongiciel...). 
S'il est important de pouvoir être accompagné lorsqu'on est victime, il est nécessaire d'apprendre à se prémunir pour sécuriser ses usages en ligne et éviter la re-victimisation.

 

Un mois pour prendre conscience des enjeux de sécurité numérique et adopter les bons réflexes 

De plus en plus actives et actifs sur les outils numériques, les Français.es ne sécurisent pourtant pas toujours leurs usages : en France, 9 personnes sur 10 ont déjà été confrontées un acte de cybermalveillance, d’après l’étude menée par l’Institut National de la Consommation.

En 2019, les acteurs français de la sécurité du numérique ont lancé un nouvel appel à l’action à destination des citoyen.ne.s pour sécuriser activement et efficacement leur vie numérique, dans la sphère personnelle, comme professionnelle. Tout au long du mois d'octobre, de nombreux événements (conférences, ateliers...) ont lieu partout en France.

De plus, du 22 octobre au 8 novembre, cybermalveillance.gouv.fr met en place une campagne d'information et de sensibilisation à laquelle France Victimes est fière d'avoir participé. Elle est composée de :

  • Une campagne de 4 émissions de télévision Consomag diffusée sur les chaînes du groupe France Télévisions ;
  • 6 spots vidéo diffusés sur 193 chaînes de télévisions nationales et régionales, 58 web tv et 311 sites web généralistes et spécialisés.

 

Comment se protéger en ligne ?

Les travaux d'ACYMA ont notamment abouti à pdf un kit de sensibilisation aux risques numériques (6.38 MB)  en 2 parties.

Téléchargez les fiches thématiques ci-dessous pour mieux comprendre les risques et savoir quoi faire pour vous protéger contre la cybermalveillance.

Connaître les risques et ses droits

  • L’hameçonnage est une technique frauduleuse destinée à leurrer l’internaute pour l’inciter à communiquer des données personnelles (comptes d’accès, mots de passe…) et/ou bancaires en se faisant passer pour un tiers de confiance.
    pdf Le hameconnage : fiche pratique
    (565 KB)
  • Un rançongiciel est un logiciel malveillant qui bloque l’accès à l’ordinateur ou à des fichiers en les chiffrant et qui réclame à la victime le paiement d’une rançon pour en obtenir de nouveau l’accès. La machine peut être infectée après l’ouverture d’une pièce jointe, ou après avoir cliqué sur un lien malveillant reçu dans des courriels, ou parfois simplement en naviguant sur des sites.
    pdf Rançongiciel : fiche pratique (573 KB)

Pour ces infractions, n'hésitez pas à vous faire aidé par le réseau France Victimes pour aller déposer plainte : N° 116006 (appel et service gratuits).

Adopter les bonnes pratiques

 


France Victimes 37 a participé à un exercice d’accident ferroviaire la nuit du 23 au 24 septembre 2019. 

 FV37

Une simulation de catastrophe ferroviaire

France Victimes 37 a pris part à la simulation d'une catastrophe ferroviaire organisée par la Préfecture d'Indre-et-Loire. Organisé dans la nuit du 23 au 24 septembre, l'exercice avait pour scénario le déraillement d'un TGV sous un tunnel à hauteur de Veigné. Objectif : évaluer la coordination de toute la chaîne de secours.

En tout, 200 secouristes ont été mobilisés et 126 figurants pour jouer les victimes.

 

Préparer et anticiper les interventions dans l'urgence

Ce type d’exercice, récurrent dans le Réseau France Victimes, peut être à l’initiative de partenaires privés pour les exercices dédiés, ou de l’État pour les exercices NOVI (ORSEC-Nombreuses Victimes). Ils permettent de préparer et d’anticiper les interventions d’un point de vue logistique et matériel. Les associations France Victimes locales sont sollicitées pour éprouver les dispositifs existants, comme la mise en place de Centres d’Accueil des Familles (CAF) ou Centres des Impliqués.

Ce travail est fait en lien avec tous les acteurs de l’urgence et la Fédération, pour gérer une éventuelle mise à disposition de ressources supplémentaires dans l’urgence, à court et moyen termes.

 


Journée des psychologues

Le 3 octobre 2019, la Fédération France Victimes a eu le plaisir d’organiser une journée nationale dédiée aux psychologues travaillant au sein des associations du Réseau.

 

98 psychologues présents à la Mairie du 11e à Paris

Après 10 ans d’attente, les psychologues ont pu se rencontrer (de nouveau pour certains), échanger autour de leurs pratiques et de leurs expériences de terrain.

Afin de valoriser leurs activités, ce temps de rencontre a mis l’accent sur les spécificités du travail d’un psychologue dans l’aide aux victimes en abordant son cadre d’intervention, l’obligation de ses écrits, sa coopération avec l’équipe et de son interaction avec la direction, de son rôle dans les conventions nationales, des caractéristiques de prise en charge des mineurs ainsi que volet social dans l’accompagnement.

Face à une demande très forte du réseau concernant ces journées de rencontres et d’échanges, France Victimes renouvellera cette expérience.


France victimes est mobilisée auprès des victimes du Médiator procès, qui s'est ouvert le lundi 23 septembre au tribunal correctionnel de Paris pour une durée de 6 mois

 

Un dispositif d'accompagnement pour les victimes

À l'ouverture du procès, près de 2 700 personnes s’étaient constituées parties civiles, en grande majorité pour tromperie aggravée ainsi que pour des faits de blessures involontaires et homicides involontaires. 

Les professionnels de l’association locale Paris Aide aux Victimes (PAV) ont mis en place un dispositif d’accompagnement pour toute la durée des audiences. Ils ont également présenté leurs missions aux personnes présentes, en début d’audience. 

PAV Médiator

 

France Victimes mobilisée auprès des victimes du Médiator depuis 2011

En 2011, France Victimes avait été mandatée officiellement et de façon conjointe par le ministère de la Justice et des Libertés et le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé pour assurer la prise en charge des personnes concernées par l'affaire du Médiator.

Le Réseau France Victimes a ainsi assuré un accompagnement humain des victimes et de leurs proches ainsi qu'une indispensable information en matière d'accès à leurs droits. 1 070 appels ont été recensés au 116 006 en 9 ans.

En 2019, plus de 500 victimes ont été prises en charge par 35 associations. Cela représenre près de 900 entretiens, en majorité de nature juridique.

 

De l’Assemblée Générale de la Fédération, aux 33es Assises nationales de l’aide aux victimes et la remise des Prix France Victimes, en passant par la conférence annuelle de Victim Support Europe à Strasbourg les 12 et 13 juin, le calendrier du mois de juin 2019 de France Victimes a été plutôt animé !

 

Retours sur les événements France Victimes du mois de juin :

Assemblée Générale de la Fédération France Victimes

33es Assises nationales de l'aide aux victimes

Conférence annuelle de Victim Support Europe 2019

 

Assemblée Générale

Le 5 juin 2019 à Limoges se sont tenues les Assemblées Générales Ordinaire & Extraordinaire de la Fédération France Victimes.

Maryse Le Men Régnier, présidente de la Fédération a ouvert l'Assemblée Générale Ordinaire par un discours fédérateur d'énergies :  pdf AG 2019 - Discours de la présidente (105 KB)  (seuls les propos prononcés font foi).

 

De nouveaux entrants au sein du Conseil d'Administration et du Bureau

L’AG a procédé au renouvellement du tiers sortant des associations membres du conseil d'administration. Deux associations ont rejoint le Conseil d'Administration : SOS Aide aux habitants - France Victimes 67 et Viffil - France Victimes 69.

Suite aux souhaits des trésorier et trésorier adjoint de ne pas poursuivre leur mandat, un conseil d’administration a été convoqué à titre exceptionnel en vue de procéder au renouvellement partiel des membres du bureau de la Fédération. Ont été élus à l'unanimité : Denis Courtois (France Victimes 37), en qualité de trésorier et Jérôme Moreau (France Victimes 58 – Andavi), au poste de trésorier adjoint, en charge des relations publiques.

L'Assemblée Générale Extraordinaire a également été présidée par Maryse Le Men Régnier, présidente de la Fédération pour refondre le Conseil Scientifique.

 

La Présidente de France Victimes a reçu la Légion d'honneur

À l'issue de l'Assemblée Générale, Maryse Le Men Régnier, Présidente de France Victimes, s’est vu remettre les insignes de Chevalier de la Légion d’honneur au titre de sa carrière dans la magistrature et de son engagement bénévole au sein du Réseau d’aide aux victimes.

Elle a précisé dans son discours que cette distinction était avant tout un honneur collectif qui soulignait l’ensemble de l’action des bénévoles et salariés des associations d’aide aux victimes.

Légion Maryse

 

33es Assises de l'aide aux victimes : les proches au centre des discussions

Les 33es Assises Nationales de l'Aide aux Victimes, se sont tenues les 6 et 7 juin 2019, à la faculté de Droits et des Sciences économiques de Limoges. La Fédération France Victimes et l'association France Victimes 87 ont eu le plaisir d'y accueillir 270 congressistes.

Proches de victimes : victimes ou pas ?

Le thème de ces 33es Assises, "Proches de victimes : victimes ou pas ?" a réuni une trentaine d'orateurs (professionnels intervenant auprès des victimes, praticiens, chercheurs, universitaires, magistrats...).

Proches de victimes présents à leurs côtés, dans l’attente ; enfants, parents, conjoints, grands-parents, amis, tous peuvent se reconnaître dans le fait d’avoir attendu un appel, un contact, un message, d’avoir aidé, soutenu, accompagné et souffert aussi auprès d’une victime proche ou lorsque celle-ci est décédée. Leurs droits, l’impact psychologique sur eux et leur place dans la société sont davantage pris en compte, reconnus mais beaucoup reste encore à faire.

La victime indirecte, ou plus exactement par ricochet a donc été au centre de ces Assises. Il s'agit d'un tiers qui subit un préjudice matériel ou moral résultant d’un dommage initial ayant atteint la victime directe. La qualité d’une « victime par ricochet » ne doit pas être confondue avec celle de la victime. Il peut pourtant arriver que ces caractères se cumulent.

Découvrez le pdf programme de l'événement (2.56 MB) .

L'événement a été ouvert par une intervention filmée de la Garde des Sceaux, Nicole Belloubet.

 

Maryse Wolinski, journaliste et écrivaine, épouse de Georges Wolinski, victime de l'attentat de Charly Hebdo, nous a accueillis chez elle en mai afin que nous puissions l'interviewer dans le cadre de ces Assises. Son témoignage a été diffusé dans la matinée du 6 juin 2019. 

 

Remise des prix France Victimes

La remise des Prix France Victimes le jeudi 6 juin a été un autre moment de ces Assises. 2 associations ont reçu un prix France Victimes pour leur projet innovant :

Capture décran 2019 06 18 à 16.15.08

 

Conférence annuelle de Victim Support Europe 2019

 

Sous le Haut Patronage de
Monsieur Emmanuel MACRON
Président de la République française

 

Organisée cette année par France Victimes, la Conférence annuelle de Victim Support Europe 2019 a réunit plus de 250 personnes au Parlement européen à Strasbourg pour deux jours de conférences, ateliers, plénières et échanges.

 

"Les équipes du Parlement Européen, Conseil de l’Europe et nos soutiens (Ville et Eurométropole de Strasbourg, la Maif) ont permis à l’ensemble de participants d’être accueillis dans les meilleures conditions pour travailler, échanger et découvrir cette métropole européenne. Nous avons bénéficié de conférenciers exceptionnels dynamiques et qui ont permis d’ouvrir de nouvelles voies pour la prise en charge des victimes", a déclaré le directeur général de France Victimes, Jérôme Bertin.

 

Sous le thème "Victimes : un parcours à plusieurs voies pour se reconstruire", cet événement a été l'occasion d’échanger les meilleures pratiques et expériences liées aux nombreuses formes de soutien existantes et à la manière dont elles sont fournies aux victimes.

Les intervenants ont fait part de leurs points de vue et de leur expérience, ainsi que des tendances et des solutions concrètes concernant les problèmes les plus importants auxquels sont confrontés les droits des victimes aujourd’hui, notamment des moyens novateurs permettant aux victimes d’obtenir justice et de nombreuses voies pour obtenir un soutien et un rétablissement.

 

"La programmation de cette année a présenté le meilleur des performances sur et en dehors du terrain, démontrant la capacité du secteur à innover et à rester réactif face à l’évolution de la situation, tout en tirant les enseignements des praticiens de première ligne et des leaders d'opinion qui prennent des mesures supplémentaires pour mieux mettre en œuvre les droits des victimes" s’est enthousiasmé Levent Altan, directeur exécutif de VSE.
VSE

 

Lol, le premier chien d'assistance judiciaire

L’un des points forts de la conférence aura été la venue de Lol, un labrador noir, premier chien d’assistance judiciaire en France et en Europe.
Lol, avec son éducateur de Handi’Chiens, attaché à l’association France Victimes 46, aux Sapeurs-Pompiers du Lot et sous l’égide du procureur de la République de Cahors, était présent à l’atelier intitulé « Des chiens d’aide pour les victimes d’infractions : adapter les modèles nord-américains à la France – L’accompagnement des victimes par des chiens d’assistance » en collaboration avec la Fondation A & P Sommer et la Courthouse Dogs Foudation.

 

 


67502405 2304491162937658 3440634400302170112 n

France Victimes est sur Lilo, le moteur de recherches qui transforme les recherches de ses utilisateurs en dons. En utilisant cet outil solidaire vous pouvez nous aider à financer des projets innovants pour nos 132 associations locales !

 Lilo, un moteur de recherches solidaire

Lilo est un moteur de recherche utile et solidaire qui permet à ses utilisateurs de soutenir gratuitement des projets à caractère social ou environnemental. 

Chaque recherche fait gagner une goutte d'eau qui représente l'argent généré lors d'une recherche. L'internaute peut ensuite reverser ses gouttes d'eau au projet de son choix.

L'argent reversé aux projets vient des liens commerciaux qui s'affichent lors de vos recherches. En effectuant nos recherches sur Internet via Lilo plutôt que Google, Yahoo, Bing... 50 % de ces revenus publicitaires générés sont reversés à des projets sociaux et solidaires.

En plus, Lilo ne collecte ni ne revend vos données personnelles !

Soutenez gratuitement France Victimes

Les associations locales France Victimes sont à l’initiative de nombreux projets innovants qui répondent à des attentes et des situations particulières pouvant bénéficier à tous :

  • recours à un chien d’assistance judiciaire pour permettre aux victimes de s’apaiser et se sentir en sécurité,
  • livre-doudou pour les enfants victimes de maltraitance,
  • exposition artistique pour sensibiliser aux violences routières,
  • exposition réalisée par des femmes victimes de violences,
  • ateliers de défense de soi,
  • livret illustré et disponible en plusieurs langues expliquant le fonctionnement de la justice française... 

La collecte France Victimes sur Lilo permet de soutenir le développement de ces initiatives locales, renforçant ainsi la prise en charge de toutes les victimes sur le territoire français.

En soutenant France Victimes, vous offrez à chaque personne victime un plus vaste éventail d’accompagnements personnalisés et adaptés pour l'aider à se reconstruire.

 

Comment faire ?

1. Pour installer Lilo, il vous suffit de vous rendre sur le site du moteur de recherche et de cliquer sur "Ajouter Lilo à mon navigateur".

2. Vous pouvez ensuite commencer à collecter des gouttes en effectuer vos recherches au quotidien avec Lilo.

3. Pour faire don de vos gouttes à France Victimes, rendez-vous sur la page de notre projet et sélectionner le nombre de gouttes à reverser. Vous pouvez également reverser automatiquement vos gouttes à notre projet, en activant le bouton "off".

Lilo Reverser gouttes

Téléchargez l'appli !

L'appli Lilo est également disponible sur iOs et Android !

Elle vous permet de collecter de transformer vos recherches web en dons depuis votre portable, tout en protégeant vos données privées.

 

Pour toute question relative à Lilo, le service communication de la Fédération est à votre disposition à l'adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..