Capture décran 2019 02 05 à 17.10.39

Les 33es Assies Nationales de l'Aide aux Victimes, organisées par la Fédération France Victimes et l'association France Victimes 87, se tiendront à Limoges, les 6 et 7 juin 2019.

Nous espérons avoir le plaisir d'accueillir la ministre de la Justice et Garde Sceaux, en ouverture le 6 juin, comme chaque année.

 

Proches de Victimes, Victimes ou pas ?

Proches de victimes présents à leurs côtés ou chez soi, dans l’attente ; enfants, parents, conjoint, grands-parents, amis, tous peuvent se reconnaître dans le fait d’avoir attendu un appel, un contact, un message, d’avoir aidé, soutenu, accompagné et souffert aussi auprès d’une victime proche ou lorsque celle-ci est décédée.

Leurs droits, l’impact psychologique sur eux et leur place dans la société sont davantage pris en compte, reconnus mais beaucoup reste encore à faire.

La victime indirecte, ou plus exactement par ricochet est un tiers qui subit un préjudice matériel ou moral résultant d’un dommage initial ayant atteint la victime directe. La qualité d’une « victime par ricochet » ne doit pas être confondue avec celle de la victime. Il peut arriver pourtant que ces caractères se cumulent, notamment dans le deuil.

Quels liens unissent ces personnes ? Un lien d’affection qui existe ou existait entre la victime principale et ses proches, un lien nouveau qui s’est créé au moment même de l’événement, par la proximité physique et émotionnelle, ou encore par la même communauté d’appartenance, la communauté humaine.

 

Plus d'informations :

pdf Pré-programme des Assises 2019 (256 KB)  (en cours de validation)

document Bulletin d'inscription des Assises 2019 (word) (62 KB)

pdf Bulletin d'inscription des Assises 2019 (pdf) (225 KB)


Initiéeflyer 22fev en 1990, la journée européenne des victimes est un événement qui permet de présenter à tous l’aide aux victimes et d’offrir un temps de parole aux professionnels comme aux victimes pour s’exprimer. A cette occasion, France Victimes communique à échelle nationale sur le nouveau numéro mis en place fin 2018, le 116006, grâce notamment à des espaces gracieux offerts par les chaînes de télévision. Durant cette journée, la Fédération se mobilisera pour susciter l’attention des citoyens, des médias et des professionnels en communiquant autour de l’aide aux victimes et des actions du réseau associatif.

Présentes sur tout le territoire français, les 130 associations adhérentes à la Fédération collaborent quotidiennement avec les services de police-gendarmerie, justice, santé et services sociaux. Elles offrent un service d’écoute, d’informations juridiques et d’accompagnements psychologique et social à toutes les victimes.

En 2018, 320 000 personnes ont bénéficié de ces services gratuits.

 

Mobilisons-nous pour les victimes et leurs proches !

 

#VictimesPlusJamaisSeules #EnParlerPourAvancer

 

  

Découvrez les événements du Réseau France Victimes à l'occasion du 22 Février

Jeudi 21 février
Vendredi 22 février


Une explosion due à une fuite de gaz a engendré la mort de quatre personnes dont deux sapeurs-pompiers, le samedi 12 janvier rue de Trévise, à Paris. Plus de 60 victimes ont également été blessées physiquement et de nombreuses autres profondément choquées ou ayant perdu leur logement. A ce jour, plus de 200 victimes ont été reçues par l’association Paris Aide aux Victimes. 9 autres associations locales sont également mobilisées auprès des victimes et de leurs proches ne résidant pas à Paris.

Dans une première phase à la mairie de Paris du 9ème arrondissement, PAV a été mobilisée, renforcée par la Fédaration, afin de prendre en charge les victimes. Elles ont pu bénéficier d’une écoute, d’informations juridiques et d’un soutien psychologique immédiats.

En ce qui concerne le dispositif d’aide aux victimes sur le long terme, après le CLAV (comité local d’aide aux victimes) co-présidé par le Préfet et le procureur de la République, il a été décidé l’ouverture de l’Espace d’Information et d’Accompagnement (EIA) mis en place pour soutenir et accompagner les victimes dans leurs démarches, les orienter vers les services spécialisés en fonction de leur demande, en toute complémentarité avec le centre d’accueil ouvert immédiatement à la Mairie du 9e.
Contact : EIA, 18 rue Poliveau – 75005 Paris - de 9h à 17h
Tél : 01 83 62 25 05 ou 07 88 70 70 38.

Par ailleurs, le numéro d’urgence de la Préfecture, désormais fermé, a été relayé par le numéro gratuit 116006, géré par France Victimes, pour écouter, orienter et informer sur les différents lieux d’accueil et les services proposés par France Victimes tous les jours de 9h à 19h.

 

#VictimesPlusJamaisSeules      #Solidarité

 

Juristes_APAV                                                          Crédit photo : PAV 75


Catalogue formations 2019

 

France Victimes est heureuse de présenter son nouveau catalogue de formations pour 2019. Plus de 30 modules différents permettent aux salariés et bénévoles des associations du Réseau France Victimes et également à tous les professionnels intéressés par la thématique de l'aide aux victimes, dans les domaines du droit, de la santé mentale et du social, de se sensibiliser ou de professionnaliser leurs interventions. Les étudiants sont également les bienvenus après étude de leur projet professionnel. 

Organisme de formation depuis 1993, France Victimes réalise ses formations autour de l'accueil des victimes, d'une approche globale et pluridisciplinaire de leurs problématiques, du perfectionnement juridique et psychologiques, et de la justice restaurative. 

En 2019, de nouvelles formations ont été ajoutées à l'offre de formation :

  • Approche interculturelle dans la prise en charge des victimes
  • Accompagner des proches de suicidés
  • Violences conjgales : état des pratiques et du droit
  • Échanges sur les pratiques juridiques
  • Devenir bénévole de la communauté

  pdf Découvrez le catalogue de formations 2019 (1.27 MB)


116006 logo horizontal 640 408

#EnParlerPourAvancer

Inauguré par la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, ce mardi 4 décembre 2018 à 8h30, ce numéro a été confié à France Victimes, la Fédération des associations professionnelles de l’aide aux victimes en France.

Le 116006 est désormais un numéro gratuit ouvert 7 jours sur 7, 365 jours par an. Il permet à toute personne qui s’estime victime d’une infraction (atteintes aux biens, aux personnes, accidents de la circulation, événements collectifs, attentats) ou d’une catastrophe naturelle d’être aidée par un professionnel, en temps réel dans le respect de son anonymat. 

Les missions du 116006 sont :

- Accueillir et diriger toutes les victimes, quels que soient la personne, sa nationalité et son lieu de résidence, vers le réseau associatif d’aide aux victimes et les services spécialisés à vocation nationale en protégeant son anonymat et sa confidentialité.

- Diriger les victimes d’actes de terrorisme et d’accidents collectifs vers les numéros et structures d’information et de prise en charge spécialement mis en place par les pouvoirs publics.

Le 116006 est un numéro plus court, plus facilement mémorisable, harmonisé en Europe. En composant depuis la France le 116 006, les victimes accèderont aux services de France Victimes. Pour les Français à l’étranger, ils pourront joindre cette même plateforme en composant le 00 33 1 80 52 33 76.

Pour compléter le dispositif téléphonique du 116006, France Victimes met à disposition des victimes une Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

En application de la directive européenne du 7 mars 2002 relative à un cadre réglementaire commun pour les réseaux et services de communications électroniques, il remplace le 08VICTIMES.


IMG 3253

Strasbourg a vécu une attaque terroriste ce 11 décembre 2018 : à ce jour (18 décembre), 5 personnes sont décédées, 10 ont été blessées - dont certaines encore hospitalisées - et de nombreuses autres, présentes sur les lieux, ont été blessées psychiquement, ou ont été touchées par cet événement en étant confinées de longues heures pour leur sécurité.

La phase d’urgence a immédiatement été gérée par la Cellule Interministérielle d’Aide aux Victimes (CIAV), activée par le Premier ministre le 11 décembre et dirigée par le directeur du Centre de crise et de soutien du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

De plus, depuis le 12 décembre au matin, sous la houlette de la Préfecture et de la CIAV projetée sur place, et en lien avec la Ville de Strasbourg, les associations France Victimes locales, SOS Aide aux Habitants FV67 et VIADUQ FV67 ont mobilisé leurs professionnels au Centre d'Accueil des Familles (CAF).

Plus de 700 victimes aidées en une semaine au CAF

Près de 700 personnes se sont présentées et ont pu être aidées grâce à un parcours remarquablement fléché, formalisé ainsi : accueil par les agents de l'Eurométropole et par la Croix Rouge (avec inscription dans le logiciel de recensement des personnes concernées par l'événement), prise en charge psychologique par les services médico-psychologiques (CUMP) venant de toute la France, en binôme avec les psychologues France Victimes, information sur les droits, sur les démarches administratives avec les juristes et travailleurs sociaux de France Victimes, prise de plainte par la police judiciaire... Enfin,les victimes revenaient auprès de l'association d’aide aux victimes pour finaliser les documents à transmettre, scanner les plaintes, pièces d'identité, certificats médicaux, afin notamment que le Fonds de Garantie, lui aussi sur place dans ce temps de l'urgence, puisse très rapidement débloquer des provisions pour les victimes. 

Tout a été réalisé, conçu et surtout anticipé depuis plusieurs mois, comme les textes le prévoient, par l'ensemble des acteurs locaux strasbourgeois afin d'être parés à toute éventualité. De nombreux bénévoles et agents de la ville de Strasbourg avaient été formés notamment par France Victimes à l'accueil des victimes dans ce cadre d'événements d'exception ; la mise en place de référents actes de terrorismes par la Fédération France Victimes, en lien avec le ministère de la Justice, a permis de faciliter les liens institutionnels et interpersonnels entre les acteurs de première ligne, qui ne se sont pas découverts au moment de la crise. 

 

Un parcours d'aide facilité pour les victimes

Le CAF a fermé ses portes après une semaine de travail dans l'urgence. Désormais, ce dispositif laisse la place à une structure pérenne de guichet unique : l'Espace d'Information et d'Accompagnement (EIA). Ce dispositif permettra d’assurer, sous l’autorité du ministère de la Justice, en lien avec la DIAV _Déléguée interministérielle de l'aide aux victimes_, la continuité de la prise en charge des victimes de l’attentat de Strasbourg, avec tous les acteurs de la prise en charge à disposition dans ce lieu unique, et notamment : CPAM, avocats, FGTI, caisse d'allocations familiales, Office national des anciens combattants et victimes de guerre, associations de victimes... En charge de l’animation de cet EIA, les 2 AAV France Victimes y proposeront pour leur part une prise en charge globale individualisée : écoute, soutien psychologique, information juridique, accompagnement social, facilitation maximale des démarches pour les victimes.

L'EIA est accessible pour les Strasbourgeois.es et les victimes du département par téléphone pour un rdv : 06 01 70 53 37 de 8h à 20h et sur place du lundi au samedi matin : 6, rue du Jeu des Enfants à Strasbourg avec de larges amplitudes horaires, jusqu'à 19h les mercredi, jeudi et vendredi.

Partout ailleurs, pour les victimes, leurs proches, les personnes choquées, un numéro : 116006 et depuis l'étranger : +33 1 80 52 33 76.

Pour les victimes étrangères, France Victimes s'est rapporché de Victim Support Europe qui regroupe les associations nationales d'aide aux victimes et les autres ressources partout dans le monde. Des mises en relation avec les services existants dans les différents pays touchés pourront ainsi permettre également aux proches des victimes d'être aidés dans leur propre pays. 

 


Le portail national de signalement de violences sexuelles et sexistes est ouvert depuis le 27 novembre 2018.

La Fédération France Victimes et les 3 associations d’aide aux victimes des Yvelines (78) ont été conviées à la cérémonie de lancement, en présence de la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, du ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner et de la secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa. 

Lancement plateforme signalement2

Disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, ce portail permet aux victimes d’entrer en contact par tchat avec des policiers ou des gendarmes formés à la prise en charge des victimes de violences sexuelles et sexistes. L’accès à ce service est gratuit et sans obligation de déclarer son identité ; il faut uniquement renseigner son code postal. 

Toute victime (femme, homme, mineur ou majeur) ou témoin qui souhaite rendre compte de violences peut se rendre sur le portail, accessible de n’importe quel ordinateur, tablette ou smartphone.

Elles peuvent ainsi être accompagnées vers le dépôt de plainte ou, si elles ne le souhaitent pas, vers des associations d’aide aux victimes.

Accéder à la plateforme de signalement


201811 13 Novemvre Comemorations2

Trois ans après les attentats de Paris et Saint-Denis, France Victimes reste mobilisée, les associations locales continuent à prendre en charge des victimes sur tout le territoire et la Fédération et son association parisienne ont également participé aux dispositifs d’accueil des victimes dans le cadre des commémorations organisées la semaine dernière, le 13 novembre 2018.

En 3 ans :

  • 102 associations du Réseau France Victimes ont rencontré 3 000 victimes des attentats du 13-Novembre. L’Espace d’Information et d’Accompagnement, lieu d’accueil unique pour les victimes d’attentats, tenu par PARIS AIDE AUX VICTIMES, association parisienne de France Victimes, continue d’avoir une activité très importante.
  • 50 % des victimes prises en charge ont été contactées à l’initiative de France Victimes, afin de leur proposer ce soutien de proximité. Seules 5 % des victimes contactées n’ont pas souhaité donner suite au contact établi par l’association.
  • Pour 50 %, ce sont les victimes qui ont sollicité directement l’aide de l’association.
  • Plus de 28 000 entretiens ont été conduits par les associations, dont 50 % d’aide psychologique, 40 % d’ordre juridique et 10% d’écoute et soutien social.

De nombreuses prises en charge sont toujours en cours, ce qui témoigne de l’importance du suivi individualisé et dans la durée, proposé par les professionnels de France Victimes dans toute la France.

Le Réseau France Victimes s’est doté de référents départementaux pour les actes de terrorisme, qui sont les interlocuteurs des autorités et des victimes.

Un sujet très important traité également par France Victimes est celui du retour à l’emploi. Ainsi, la Fédération France Victimes a participé aux tables-rondes organisées par la DIAV au cours de l’année, ainsi qu’au groupe de travail sur ce sujet mis en place  par le Fonds de Garantie.

Elle met, par ailleurs, en œuvre avec ses 130 associations locales, des journées d’information et de sensibilisation entre les référents Pôle Emploi et les associations d’aide aux victimes, sous l’impulsion de la Convention signée entre la Délégation interministérielle à l’aide aux victimes et Pôle Emploi.

France Victimes et son réseau associatif seront là présents autant que de besoin pour aider et accompagner toutes les victimes de ces attentats.


Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, le 25 Novembre permet de se souvenir que les violences faites aux femmes sont inacceptables et que les femmes victimes doivent absolument être prises en considération et accompagnées.

Pour faire cesser ces violences, elles peuvent être aidées selon leur volonté afin de faire valoir leurs droits si elles le souhaitent et quand elles le souhaitent.

Au sein des associations d’aide aux victimes France Victimes, une victime de violences bénéficie d’une compétence juridique, d’un soutien psychologique et social afin d’être accompagnée dans sa réflexion, dans ses démarches et dans sa reconstruction. Les professionnels de France Victimes respectent son rythme et ses difficultés à s'engager dans une procédure. 

ViolencesFemmes

En 2017, 152 094 femmes victimes ont été reçues au sein d’une association d’aide aux victimes en France conventionnées par le Ministère de la Justice, dont 70 % sont membres du Réseau France Victimes.
Au sein des associations France Victimes, 50 % des femmes reçues sont victimes d’atteintes à la personne (viols, agressions sexuelles, violences volontaires, menaces ou injures). 12 % d’entre elles sont victimes de violences conjugales.

Mobilisé tous les jours de l’année pour accompagner et soutenir de manière globale les femmes victimes de violences, le Réseau France Victimes l’est également à l'occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, notamment en rejoignant la grande marche citoyenne contre toutes les violences faites aux femmes, le 24 novembre 2018.

France Victimes est membre de la coalition Make.org, qui porte une réflexion citoyenne contre les violences faites aux femmes et participe a un projet Mémo de Vie qui permettrait de rassembler des éléments (mémos audiovisuels, temoifntémo, documents sécurisés...) pour faciliter la plainte.

 


13Nov

Trois ans après les attentats de Paris et Saint-Denis, France Victimes est mobilisé pour accueillir les victimes lors des commémorations organisées à Paris le mercredi 13 novembre 2018.

En 3 ans, le Réseau France Victimes a rencontré 3 000 victimes des attentats du 13 Novembre. La moitié des victimes prises en charge a été contactée à l’initiative de France Victimes, afin de leur proposer ce soutien de proximité.

Plus de 28 000 entretiens ont été conduits par les associations : 60 % d’aide psychologique et 40 % d’ordre juridique.

102 associations locales sont mobilisées pour la prise en charge des victimes, notamment Paris Aide aux Victimes. De nombreuses prises en charge sont toujours en cours, ce qui témoigne de l’importance du suivi individualisé et dans la durée, proposé par les professionnels de France Victimes sur toute la France.